TABLEAU DE BORD

Baromètre de conjoncture,
les chefs d’entreprise expriment leur confiance

 

Les résultats de l’enquête régionale de conjoncture, réalisée par la CCI Occitanie en partenariat avec la Direction régionale de la Banque de France Occitanie, révèlent que le moral des entrepreneurs est en nette amélioration. Menée auprès de plus de 4 800 chefs d’entreprise, cette étude annuelle fournit un instantané révélateur de l’état d’esprit de l’écosystème entrepreneurial de notre territoire mais également sur sa manière d’envisager l’avenir.

 

Cette perception d’amélioration ressentie par la grande majorité des chefs d’entreprise va de pair avec le renforcement de la croissance économique observé sur l’année 2017 (seuls 21% évoquent une évolution défavorable de la demande). Le sentiment d’amélioration de la demande est particulièrement prononcé dans les activités de la construction (73% d’avis favorables), des services (66%) et de l’industrie (65%). La perception est plus nuancée dans les secteurs des cafés-hébergements-restauration (56% d’avis favorables) et du commerce (51%) où le climat des affaires a été moins porteur.

Dans un contexte d’accélération de la croissance de l’économie française en 2017, les chefs d’entreprise de la région Occitanie ont des anticipations favorables pour 2018, avec une hausse estimée de 3% de leur volume d’activité. Ainsi l’analyse des projections de chiffre d’affaires faites par les chefs d’entreprise d’Occitanie pour 2018 indique une orientation positive, même si un léger fléchissement est attendu. Les projections sur le volume d’activité apparaissent différenciées selon les grands domaines d’activité : services (+4,3%), industrie (+3,0%), construction (+2,5%), commerce (+2,1%) et les cafés-hébergements-restauration (+1,5%).

L’amélioration du climat des affaires, la progression du volume d’activité, l’amélioration relative sur les marges commerciales (ou le sentiment d’un arrêt de la dégradation) ont contribué à assainir la situation financière des entreprises. Après des années particulièrement difficiles, le secteur de la construction semble « redresser la tête ». Le secteur industriel et les activités de services font également état d’une perception positive quant à la situation de leurs entreprises. Le secteur du commerce et des cafés-hébergements-restauration faisant, pour sa part, état d’une situation plus tendue. La situation financière devrait se situer sur un trend positif en 2018 si l’on considère les soldes d’opinion des entrepreneurs quant à la rentabilité attendue de leur entreprise.

Celui-ci est fluctuant en fonction des rythmes de l’activité économique, les périodes de « creux » et les phases de regain d’activité. Volume d’activité en cours et évolution de la pression sur les marges ont un impact sur la trésorerie. Si, au terme du quatrième trimestre 2017, 46% des entrepreneurs jugent leur niveau de trésorerie comme étant satisfaisant, 31% l’estiment à un niveau moyen et 23% à un niveau faible. A contrario des autres domaines d’activité, la situation est, là encore, vécue plus difficilement dans les domaines du commerce et des cafés-hébergements-restauration.

Le volume d’activité attendu joue un rôle des plus importants quant aux anticipations que feront les chefs d’entreprise en matière d’investissements (capacité, renouvellement, productivité…) et d’embauches. Si 41% des chefs d’entreprise jugent leur carnet de commandes comme étant à un niveau satisfaisant, 44% le jugent à un niveau moyen et 15% à un niveau insuffisant. Si l’on considère le jugement « satisfaisant » porté par les entrepreneurs sur leurs carnets de commandes ou la demande à venir, c’est dans le secteur de la construction que l’on observe la proportion la plus élevée (64%), suivi de l’industrie (49%), des services (45%), du commerce (30%) et des cafés-hébergements-restauration (28%).

Ce niveau est en nette progression par rapport au précédent trimestre (+10 points), signe d’une amélioration de l’ensemble des indicateurs conjoncturels. D’une manière générale, les entrepreneurs apparaissent plus optimistes quant à l’avenir de leur propre entreprise qu’à celui de leur secteur d’activité. 59 % des entrepreneurs ont confiance en l’avenir de leur entreprise (29% ont une position neutre sur la question et 12% se déclarent pessimistes). C’est dans les secteurs de la construction, de l’industrie et des services que le pourcentage d’optimistes est le plus élevé (respectivement 68%, 65% et 64%). Viennent ensuite les cafés-hébergements-restauration (50%) et le commerce (49%).

 

Pour prendre connaissance de l’enquête de conjoncture dans sa globalité, cliquez ici
Share on FacebookTweet about this on Twitter