ON EN PARLE
 

Assises de l’économie de la mer, l’Occitanie sur la vague

 

Événement majeur du monde maritime français, les Assises de l’économie de la mer se sont, pour la première fois, déroulées en Occitanie. Après Le Havre et Brest, c’est donc à Montpellier que s’est réunie début décembre la communauté maritime, actant au passage les ambitions légitimes de notre territoire sur cet élément porteur de nombreux enjeux et perspectives d’avenir. Retour sur deux jours d’échanges au cours desquels sont intervenus le Président de la République, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Annick Girardin, ministre des Outre-mer.

 

« Le XXe siècle était continental, mais le XXIe siècle sera maritime et la France doit s’assumer comme puissance maritime sur les mers et océans, des espaces cruciaux pour les équilibres mondiaux de demain ». C’est en ces termes qu’en ouverture, Emmanuel Macron a fixé le cap. Il est vrai que, à l’heure où notre pays cherche des moyens d’accélérer, la croissance bleue pourrait être la vague qui fait prendre de la vitesse à notre économie. Avec 91 Mds€ de valeur de production et 355 000 emplois, le gisement de valeur est bien réel pour la France, deuxième espace maritime mondial avec 11 millions de km2 d’espaces marins grâce aux territoires d’outre-mer. Un potentiel dont elle ne tire pas pleinement parti pour différentes raisons dont, effectivement, celle de ne pas être véritablement consciente de cette richesse que nombre de pays nous envient. Avec plus de 1 500 participants, ces Assises de l’économie de la mer « made in Occitanie », ont été l’occasion de découvrir un panorama dressé par plus de 90 intervenants de toutes les filières de cette économie, à travers tables rondes, interviews, ateliers… Un exercice d’autant plus riche que, « la mer d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier et déjà plus tout à fait celle de demain. Le rapport de l’économie au maritime ne peut plus, au XXIe siècle, être celui qui a prévalu jusqu’à ce jour : tout est à réinventer pour que les océans demeurent une ressource et ne deviennent pas la variable d’ajustement d’une planète qui comptera près de 10 milliards d’habitants en 2050. C’est ce qui fait, c’est le cas de le dire, tout le sel de la conquête de cette nouvelle frontière économique.

 

L’Économie bleue* génère un chiffre d’affaires de 8 milliards et plus de 40 000 emplois dans toute l’Occitanie, rayonnant sur l’ensemble des départements, pas uniquement du littoral. Avec le Parlement de la mer et le Plan Littoral 21, qui génère 1 milliard d’euros d’investissements pour l’économie bleue, nous travaillons pour créer plus d’emplois, et préserver la richesse naturelle que constitue la Méditerranée.

Didier Codorniou, président du Parlement de la mer

L’écosystème d’Occitanie a tout pour y contribuer très activement grâce aux visions innovantes et disruptives de ses start-ups et aux savoir-faire de ses entreprises mais aussi des travaux de recherches de ses laboratoires, de l’enseignement de ses Écoles, de la force de ses pôles et clusters… » comme l’a expliqué Alain Di Crescenzo. Le président de la CCI Occitanie, également membre du Parlement de la mer d’Occitanie, est d’ailleurs intervenu sur la thématique « Économie maritime, levier du développement économique méditerranéen » aux côtés, notamment, de Didier Codorniou, président de ce Parlement de la mer. « L’Économie bleue* génère un chiffre d’affaires de 8 milliards et plus de 40 000 emplois dans toute l’Occitanie, rayonnant sur l’ensemble des départements, pas uniquement du littoral. Avec le Parlement de la mer, qui rassemble la communauté maritime et le Plan Littoral 21, qui génère 1 milliard d’euros d’investissements pour l’économie bleue, nous travaillons pour que la Méditerranée fasse vivre nos enfants dans les 30 prochaines années. Le pari est double : créer plus d’emplois, et préserver la richesse naturelle que constitue la Méditerranée. Comme Carole Delga l’a bien dit, notre dynamique maritime s’appuie sur notre capacité à inventer, autrement dit à innover. Nous ambitionnons de proposer de nouveaux modèles répondant concrètement et, dans un souci de développement économique, aux enjeux des transitions énergétique et écologique, numérique, démographique et sociale » a détaillé Didier Codorniou. Parmi ces nouveaux modèles figure, bien sûr, la production d’énergie renouvelable pour laquelle le Président de la République et les Ministres présents ont fait un certain nombre d’annonces, notamment au sujet de l’éolien flottant.

 

L’éolien flottant, un sujet majeur pour l’économie d’Occitanie

« Nous sommes très attentifs sur le sujet de l’éolien flottant. Depuis le « Pacte de Narbonne » en novembre 2018, moment fort de l’engagement des territoires et acteurs autour du projet éolien flottant en Occitanie, la mobilisation des présidentes et présidents des régions concernées, le rendez-vous de Carole Delga avec le Président de la République au mois de janvier dernier, et enfin les annonces confirmant un dimensionnement de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) qui permettra le développement des fermes éoliennes pilotes sur nos territoires, nous avons entendu l’annonce du Président de la République lors des assises précisant que d’ici à 2024, l’État attribuerait chaque année un gigawatt de puissance supplémentaire. C’est en effet un signal positif, qui nous permet d’espérer développer cette filière en Occitanie, et dans les autres régions françaises, pour ne pas laisser passer l’opportunité de devenir leaders en la matière au niveau européen » a indiqué Didier Codorniou. Après les Assises nationales de la pêche en 2018 à Sète et avant les 3e Assises nationales du nautisme et de la plaisance, qui se tiendront en mai à La Grande Motte, l’Occitanie est plus que jamais une puissance maritime montante à l’heure où la France affirme une forte ambition sur l’échiquier maritime européen et même mondial.

* Tourisme / valorisation des ressources marines / nautisme / transport et activités portuaires / gestion, recherche, innovation et ingénierie

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter