AIR - janvier 2018

WeAre
au début de l’histoire

 

Créé il y a 18 mois par le regroupement de PME familiales, le groupe aéronautique constitué autour du Tarn-et-Garonnais Farella a déjà réussi son envol et entend prendre de l’altitude sur les marchés étrangers tout en poursuivant sa structuration.

 

C’est l’histoire d’une union qui confirme qu’elle fait bien la force. Celle de trois PME familiales (Farella, Espace et Chatal) œuvrant dans le secteur aéronautique dans le sud et l’ouest de la France et qui ont décidé de se regrouper. Originellement associés au sein de ACE Aéronautique, ces 3 acteurs historiques de la sous-traitance aéronautique ont décidé en 2015 de lancer le projet WeAre, démarche originale de création d’un groupe industriel international. Constitué depuis 10 ans en GIE, WeAre s’est ainsi transformé il y a 18 mois en un groupe industriel intégré pour peser désormais 140 M€ de chiffre d’affaires grâce à 1 200 salariés au service de sa performance. Spécialiste de la fabrication de pièces élémentaires de haute technologie et de petits sous-ensembles, et basé à Montauban (Tarn-et-Garonne), le groupe a été renforcé, en 2017, par les arrivées de Bouy et Comefor (marché de la défense). Il est désormais armé pour développer davantage ses marchés à l’étranger. « Nous avons déjà des implantations au Maghreb et au Japon. Mais l’idée est d’être plus présents encore en Asie de sorte que notre volume d’affaires à l’international passe de moins 10 % de l’activité aujourd’hui à près de 50 % dans quatre ans », détaille Pascal Farella, PDG de WeAre et ancien dirigeant de l’entreprise Farella.

 

Nous avons déjà des implantations au Maghreb et au Japon. Mais l’idée est d’être plus présents encore en Asie de sorte que notre volume d’affaires à l’international passe de moins 10 % de l’activité aujourd’hui à près de 50 % dans quatre ans.

Pascal Farella, PDG de WeAre

 

Le 20 juin, lors du salon du Bourget, le groupe a d’ailleurs signé une lettre d’intention avec Avic International Zhuhai (1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires) pour créer la joint-venture WeAre China avec un 3e partenaire, la ville de Zhuhai. Objectif, installer un complexe industriel répondant aux besoins du marché chinois sur les métiers de WeAre (pièces élémentaires, sous-ensembles, traitement de surface et fabrication additive).

Pour doper cette politique, le groupe envisage notamment des opérations de croissance externe et l’intégration de nouveaux métiers dans les secteurs de l’automobile et du médical. Il souhaite également développer ses activités dans la défense, raison du rachat récent de l’entreprise Comefor. « Nous sommes l’un des rares groupes aéronautiques à développer simultanément des activités d’usinage (ce qui consiste à enlever de la matière, ndlr) et de fabrication additive (impression 3D, ndlr) », poursuit Pascal Farella. « À ce titre, nous avons des compétences à faire valoir via Prismadd, notre marque dédiée à l’impression 3D, et à développer dans d’autres secteurs industriels tout en continuant à promouvoir nos savoir-faire dans le domaine aéronautique », insiste-t-il. Cette croissance va de pair avec un travail de fond permanent d’organisation et de structuration qui passe par le recrutement de nombreux collaborateurs aux postes clés et par la mise en place d’un centre de formation interne WeAre Academy. Devenu ETI, WeAre conserve ses valeurs familiales : le groupe cultive souplesse, agilité et capacité d’innovation et un sens aigu du service client qui font sa marque de fabrique.