CONNEXIONS - juillet 2022

L’Occitanie fait bouger la mobilité

 

À l’heure où l’humanité doit réduire l’impact de ses activités sur l’environnement et où une moindre dépendance énergétique est nécessaire, la question des mobilités, de leur adaptation et leur évolution, apparaît comme centrale. Début juin, l’édition 2022 du sommet européen des transports intelligents (ITS) avait choisi Toulouse pour penser les transports de demain. Un domaine dans lequel notre territoire se distingue et dont les travaux et innovations ont éclairé les réflexions des 5 000 congressistes présents.

 

Elles se nomment Gisaïa, Guide GNSS, Synox, Cobrane Design et Thierry Cléo. Ces cinq entreprises font partie des pépites de notre territoire dans cette filière émergente, et porteuse de nombreux enjeux, que sont « les mobilités ». Elles se sont illustrées en représentant l’excellence de l’Occitanie dans le cadre de la 14e édition du ITS European Congress, dédié aux systèmes de transports intelligents, qui s’est tenu à Toulouse au MEETT du 30 mai au 1er juin 2022. Ce congrès a permis aux développeurs, entrepreneurs et autres décideurs des secteurs du transport, de la logistique et des transports intelligents de faire progresser leurs idées et de partager leurs expériences. Les cinq entreprises régionales, en partenariat avec l’IRT Saint Exupéry et les clusters Totem et TENLOG, ont répondu présentes.

 

La dynamique d’une filière émergente

Car la filière transports intelligents est dynamique et importante en Occitanie. Elle compte plus de 70 entreprises et 8 000 emplois dans le ferroviaire, 12 000 emplois dans l’industrie ou encore 37 000 emplois dans l’automobile. La région se distingue aussi sur le plan national pour ses compétences en électronique de puissance et en systèmes embarqués alliant connectivité, sécurité, géolocalisation, IA et certification. C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons qu’a été inaugurée, en novembre 2021, l’Agence de l’Innovation pour les Transports AIT, une structure d’accélération qui vise à soutenir le développement des prototypes, le lancement et la facilitation des expérimentations. « En matière de mobilités terrestres et maritimes, le territoire mixe grands noms et start-ups. La Région a une position de leader sur la filière hydrogène, est dotée d’un campus des métiers et des qualifications d’excellence de la mobilité et du transport intelligent, de sites de R&D sur le véhicule autonome et connecté… », a ainsi commenté Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie. Plus de 80 laboratoires sont spécialisés dans ce domaine en Occitanie.

 

En matière de mobilités terrestres et maritimes, le territoire mixe grands noms et start-ups.

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie.

 

Un écosystème d’excellence

Dans le détail, on note que Gisaïa aide par exemple les autorités municipales, les opérateurs et les chercheurs dans leur quête de prise de décision fondée sur les données pour les transports publics, grâce à l’application qu’elle a développée : arlas. city. De son côté, Guide GNSS est un laboratoire d’essais en géolocalisation alors que Synox est un intégrateur et éditeur de solution IoT, qui collabore avec les entreprises et les collectivités. Thierry Clémot, qui a lancé en 2011 sa propre structure de création d’environnements 3D pour simulateur d’automobile, travaille aujourd’hui à l’international avec de grands constructeurs. Enfin Cobrane Design, lauréat du Janus de l’industrie en 2021 de l’Institut français du design et membre de la French Fan, conçoit, fabrique et commercialise des solutions de mobilité.

 

Des pépites et une infrastructure vitrine

En parallèle de ces entreprises, il en est deux dont on a beaucoup parlé et qui illustrent le potentiel d’innovation de l’Occitanie dans le domaine des mobilités : Easymile et Continental. Début janvier, l’entreprise toulousaine, qui compte déjà 180 navettes en service dans le monde, a été autorisée à transporter des passagers dans sa navette EZ10 sans superviseur à bord sur le site de l’Oncopole, à Toulouse. Ce qui fait d’elle la première et la seule en Europe à proposer un service aussi sûr qu’un service avec chauffeur. « Cela valide les process d’autorisation. C’est maintenant à nous de démontrer que l’on peut assurer ce service de manière équivalente pour un budget comparable », souligne Gilbert Gagnaire, fondateur et CEO d’Easymile. L’ITS 2022 a aussi fait un passage par l’aéroport de Francazal qui, avec le site de l’Oncopole ou celui de Continental, a accueilli des visites techniques pour des démonstrations. Ancienne base militaire, l’aéroport de Francazal est devenu un site de référence dédié aux mobilités du futur et qui abritera prochainement le Technocampus hydrogène, au cœur d’un écosystème d’excellence où se met en mouvement la mobilité de demain.