PORTRAIT#3 - novembre 2022

Ecobang-Navy, le premier bateau à remplir d’eau

 

En mars 2020, Nicolas Vento, dirigeant de la société Vento-Sol, a eu l’idée de recycler des bateaux en les transformant en cuves de traitement des effluents phytosanitaires. Un concept valorisant l’économie circulaire et soutenu par l’Aper, un éco-organisme agréé par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire.

 

C’est en cherchant une remorque plateau sur Le Bon Coin, lors du premier confinement, que Nicolas Vento remarque que beaucoup de vendeurs donnent leur bateau. Surpris, mais curieux, il veut en savoir plus et se demande s’il ne pourrait pas utiliser ces bateaux pour sa propre société.
En effet, Vento-Sol développe depuis plus de dix ans des cuves de stockage équipées d’Ecobang, afin d’y traiter les effluents phytosanitaires à moindre coût. Après traitement, les agriculteurs doivent nettoyer le pulvérisateur, ce qui génère des eaux usées appelées effluents phytosanitaires. Tout l’enjeu est donc de les gérer de façon responsable. Avec Ecobang, la société Vento-Sol propose aux agriculteurs d’évaporer les effluents phytosanitaires directement dans la cuve de stockage. Un système ingénieux, basé sur une ventilation forcée dans la cuve favorisant l’évaporation, qui permet une adaptabilité à presque toutes les cuves (acier, plastique, béton). « Nous sommes les seuls à être capables de réutiliser des cuves pour y adapter Ecobang, ce qui nous permet de proposer une des gammes les plus larges et les plus économiques pour gérer les effluents phytosanitaires », décrit-il.
Mais Nicolas Veto souhaite aller plus loin en récupérant les anciens bateaux, ce qui permettrait un coût financier conséquent pour ses futurs clients. Il contacte donc la société Batho, basée à Nantes, dont le métier est la transformation de bateaux en logements de loisirs, pour des études techniques. « La société a trouvé un bateau adapté, j’ai donc lancé l’opération », se rappelle-t-il.

 

Soutenu par l’Aper

Il prend alors contact avec l’Aper (Association pour la Plaisance Eco-Responsable), créée avec l’agrément du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, pour gérer la filière de déconstruction de ces bateaux en fin de vie. Son objectif : récupérer et détruire plus de 5 000 bateaux par an. « Je me suis rapproché d’eux. Tout de suite, l’APER a été séduite par le projet. Elle nous aide dans notre développement encore aujourd’hui. »
Fin septembre 2020, le prototype est prêt : un ancien voilier, de 6,2 mètres de long, de 2,3 mètres de large et d’une capacité de stockage de 4000 litres, a été reconditionné pour être transformé en cuve. Ensuite, durant quinze mois, Vento-Sol a mené des essais pour vérifier le bon fonctionnement du dispositif et apporter les améliorations nécessaires.
Désormais, le dispositif Ecobang-Navy est prêt à être proposé. Vento-Sol ambitionne de faire construire des Ecobang-Navy à Nantes chez Batho. Par la suite, si les volumes augmentent, les bateaux seront transformés par des prestataires à proximité des clients. « Pour la région Grand Ouest et le Nord, les bateaux seront transformés par la société Batho. Et pour le Grand Sud et Sud Est, nous les transformerons à Lautrec car nous avons un local. Ce sera un marché de niche, nous en avons conscience. Il faut convaincre les agriculteurs », assure le dirigeant. Et d’ajouter : « Je suis à la pépinière Castres-Mazamet qui m’accompagne et m’a mis en contact avec des personnes de la région. Nous avons présenté le projet lors du forum de l’économie circulaire. Suite à cela, Ecobang-Navy a été cité dans le récent avis du CESER (Conseil Économique Social et Environnemental) », explique-t-il.

 

Tout de suite, l’APER a été séduite par le projet. Elle va aider Vento-Sol à trouver les bateaux adaptés aux besoins spécifiques des clients.

Nicolas Vento, dirigeant de Vento-Sol

 

Un contexte porteur

Car ce concept est une véritable solution d’avenir pour les agriculteurs. Alors que le GIEC alerte sur l’accélération du réchauffement climatique, les experts scientifiques préconisent plusieurs solutions pour sortir de l’impasse et réussir une transition vers la sobriété.
À commencer par la valorisation de l’économie circulaire, qui était déjà considérée comme un des leviers pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Avec, à la clé, des bénéfices tangibles pour l’ensemble de la société puisqu’elle pourrait permettre d’économiser 380 milliards de dollars en Europe, créer plus de 800 000 emplois et rapporter 1 800 milliards d’euros d’ici à 2030. La bonne nouvelle, c’est que les acteurs français font figure de pionniers de l’économie circulaire, avec plus de 1 500 initiatives lancées dans ce domaine.
Et Ecobang-Navy permet une économie circulaire, en réutilisant d’anciens bateaux. « Cela réduit l’impact sur l’environnement », souligne Nicolas Vento. Mais il permet aussi une économie des coûts pour le client. « Cette économie peut atteindre de 30 à 60 % par rapport à l’achat d’un Ecobang équivalent avec une cuve en acier inox. Donc cela reste très attractif », poursuit-il.
Plus de 5 000 bateaux doivent être déconstruits par an, afin d’atteindre un objectif de 20 000 à 25 000 bateaux détruits d’ici à 5 ans. « L’Aper va aider Vento-Sol à trouver les bateaux adaptés aux besoins spécifiques des clients. »
Et pour ceux qui redouteraient que le bateau ne vienne altérer l’esthétisme de leur ferme, Nicolas Veto se veut rassurant : « On peut très bien imaginer enterrer le bateau. Par la suite, les bateaux Ecobang-Navy pourront avoir d’autres utilisations, comme par exemple le stockage d’eaux de pluie pour l’irrigation chez les particuliers. »
 
> www.vento-sol.com
 

 

 

PLUS D'ARTICLES « PORTRAIT#3 »

novembre 2022

Ecobang-Navy, le premier bateau à remplir d’eau

Rencontre avec Nicolas Vento, dirigeant de Vento-Sol


juillet 2022

Solar-Paint, l’innovation pour les toits d’Occitanie

Rencontre avec Michel Rouault, PDG de Solar-Paint et de ICGroup


avril 2022

Design, Voltex change d’échelle

Rencontre avec Samy Jebabli, fondateur de Voltex


janvier 2022

Triplezéro, la légèreté du bien vivre

Rencontre avec Pierre Pinel, cofondateur et gérant de Triplezéro


septembre 2021

Liedson, le streameur est dans le pré

Rencontre avec Gilles Aguilera, cofondateur et gérant de Liedson


mai 2021

Syselec, de la tech territoriale

Rencontre avec FABRICE CASTES, président et repreneur de Syselec


janvier 2021

Vergers de Gascogne, durablement bocal

Rencontre avec PASCAL LAFONT, directeur des Vergers de Gascogne


novembre 2020

Les Papeteries Martin dans les petits papiers de l’Élysée

Rencontre avec THOMAS MARTIN, directeur de l’entreprise Papeteries Martin


juillet 2020

Voilensac, l’Aveyron en point zigzag

Rencontre avec MICHAËL LADET, créateur et dirigeant de Voilensac


janvier 2020

Maison Fabre relève le gant

Rencontre avec OLIVIER FABRE, président de Maison Fabre


octobre 2019

NewTec Scientific, le « matériaux sciencist » made in Occitanie

Rencontre avec ANTOINE CANDEIAS, fondateur et dirigeant de NewTech Scientific


juillet 2019

« Chez Bébelle », le sens de l’essai et le goût de la transformation

Rencontre avec GILLES BELZONS, fondateur et dirigeant de Chez Bébelle


avril 2019

Avec Kinéis, CLS se connecte avec le New Space

Rencontre avec ALEXANDRE TISSERANT, directeur général de Kinéis


janvier 2019

Sensorion, des molécules au service de l’écoute

Rencontre avec NAWAL OUZREN, Directrice Générale de Sensorion


octobre 2018

Eva, par la voie des airs

Rencontre avec OLIVIER LE LANN, CEO de l’entreprise Eva


juillet 2018

Tanneries Pechdo, l’innovation dans la tradition

Rencontre avec CAROLINE KRUG, Présidente des Tanneries Pechdo


mai 2018

Septeo créé un leader européen des legal techs

Rencontre avec JEAN-LUC BOIXEL et PHILIPPE RIVIERE, cofondateurs de Septeo


janvier 2018

Celso, la mousse en pleine expansion

Rencontre avec AGNES TIMBRE, directrice générale de Celso


septembre 2017

Meteo Swift, une start-up qui rayonne

Rencontre avec MORGANE BARTHOD, cofondatrice et présidente de Meteo Swift


juillet 2017

Cémoi, dans le top 5 mondial des chocolatiers

Rencontre avec PATRICK POIRRIER, Président Directeur Général de Cémoi


mai 2017

L’excellence du rendu 3D, aujourd’hui et demain

Rencontre avec SEBASTIEN GUICHOU, DG de la start-up Isotropix