TERRE - janvier 2022

Huilerie Moog, un ADN bio de père en fille

 

Lauréate du trophée « Femme Entrepreneure de l’année », en 2020, Judith Moog est à la tête de la plus ancienne huilerie bio de France. Installée sur deux sites de production, à Bram dans l’Aude et dans la Saxe en Allemagne, Judith Moog défend son indépendance et les valeurs de l’agriculture Bio depuis bientôt 40 ans.

 

Pionnier de l’agriculture biologique, Franz Moog quitte l’Allemagne au début des années 80 pour fonder une petite ferme sur les terres audoises. « Quand mon père s’est lancé dans cette aventure, les agriculteurs du coin venaient avec leurs produits, du blé, des lentilles… On les triait, on les emballait. On fonctionnait alors comme une mini coopérative. En 1984, le bio n’était pas du tout encadré par des cahiers des charges ou des réglementations. Nous étions des pionniers », raconte Judith Moog.
La jeune fille entame des études en agro-alimentaire et en nutrition, puis passe une thèse au Rwanda. Elle rêve de coopération internationale, mais le décès prématuré de son père la ramène à Bram. Elle prend alors les rênes de l’entreprise. Et n’a eu de cesse depuis de la faire grandir.

L’Aude, terre fertile pour le Bio

Judith Moog recentre l’activité autour de l’huile, diversifie la production, crée la marque Bio Planète, travaille en circuit court avec des producteurs individuels, les coopératives Agribio Union à Toulouse ou Qualisol dans le Gers mais aussi avec la Chambre d’Agriculture de l’Aude ou encore le Civam Bio. « Ensemble, nous œuvrons à cette transition vers l’agriculture écologique », défend encore Judith Moog. Une dynamique qui se traduit dans les chiffres. Car l’Occitanie occupe bien la première marche du podium en terme de production biologique et une étude de l’Agence Bio classe l’Aude comme le 7e département de France pour le nombre de producteurs bio.
Fin 2020, Judith Moog restructure l’huilerie Moog autour des deux sites de production. L’entreprise propose 70 huiles différentes – des gammes basiques pour démocratiser l’accès au bio, mais aussi « gourmet » ou « vitalité » – et organise régulièrement des séminaires pour accompagner les consommateurs dans leurs choix.
Cette année, l’huilerie Moog compte développer sa gamme 100% française, finalise la mise en route d’une nouvelle ligne d’embouteillage, construit une nouvelle cuverie de 200 m2, équipée de 6 cuves de 100 000 litres et prévoit de recruter 20 personnes. Soucieuse d’innover, elle vient de lancer « Ma 1ère huile ». Destinée aux tout-petits, le produit est déjà bien référencé dans les réseaux de distribution bio.