TERRE - juillet 2022

Phytogers, l’innovation au naturel

 

Avec 10% de son chiffre d’affaires consacrés à la R&D, la PME gersoise Phytogers mise sur l’innovation pour conquérir un marché en plein boom : les produits d’entretien « naturels. Quand les valeurs de la bio et la chimie moléculaire font bon ménage !

 

Savez-vous que 97% des produits d’entretien fabriqués dans le monde sont issus de l’industrie chimique ? Un chiffre qui laisse songeur quand on sait les impacts de tels produits sur l’environnement et la santé… Spécialisé en chimie moléculaire végétale depuis plus de 35 ans, le laboratoire Phytogers est décidé à s’imposer dans le paysage de la droguerie en « remettant au goût du jour des solutions naturelles, efficaces et biodégradables », pour reprendre les termes de Jean-Christophe de Salins, dirigeant.

 

Secrets de fabrication

Pour relever ce défi, l’entrepreneur table sur le savoir-faire de la biotech et ses capacités d’innovation. « Nous fabriquons des mixtures de végétaux biologiques par la transformation de produits agricoles. Nous travaillons exclusivement avec des agriculteurs bio, une centaine d’exploitations familiales et coopératives, françaises en priorité. Après récolte, les plantes sont séchées puis transformées* pour obtenir des concentrations moléculaires fortes. Les jus végétaux purs sont stockés et macèrent ensuite dans nos cuves. Au final, nous obtenons des formules de solutions lavantes, concentrées, détachantes, dégraissantes et désodorisantes », détaille-t-il. Grâce aux différents parcours de labellisation engagés par le laboratoire, ces produits cochent toutes les cases de la « haute valeur environnementale » : circuits courts, végétaux écocertifiés, ingrédients biodégradables, empreinte carbone réduite…

 

Un marché d’avenir

Avec ses formules qui « sentent bon la nature », Phytogers investit les cosmétiques, les sprays bien-être et désodorisants, les anti-nuisibles et la droguerie, « marché qui connaît la plus forte progression », assure Jean-Christophe de Salins. Combinée à un investissement soutenu en R&D, cette croissance bénéficie à la PME qui a vu son CA tripler depuis 2014. « Notre ambition est de le doubler cette année et, d’ici 2023, de multiplier par 2 nos capacités industrielles et notre effectif, voire davantage… ». Au-delà des distributeurs spécialisés**, Phytogers se développe auprès des pharmacies, avec une gamme spécifique, et de plus en plus en direction des grossistes. « Là encore, le potentiel est considérable », explique le dirigeant avant de préciser : « Nous avons décroché d’importants marchés : les collèges du Conseil départemental, l’Université catholique de Paris, de grands groupes industriels… ».

 

Une PME engagée

Face à ces perspectives, Jean-Christophe de Salins reconnaît être en réflexion pour se dimensionner en conséquence, sans pour autant quitter le département : « On aime la Gascogne, on y reste ! ». Accompagnée par les services de l’Etat, la CCI du Gers et la Communauté de communes de la Lomagne Gerseoise, l’entreprise envisage son développement, sans jamais renoncer à ses valeurs. « On est loin du greenwashing. Nous sommes une « entreprise à impact »***, c’est notre ADN, nous y croyons », conclut-il.

*par distillation et décoction
** jardineries et magasins bio
***entreprise dont le but n’est pas la simple recherche du profit, mais qui cherche également à avoir un impact positif, pour l’environnement ou la société
www.phytogers.com et www.netobio.fr