AIR - novembre 2020

Le plan de vol de l’avion à hydrogène d’Aéron

 

La jeune société catalane mise sur le développement, de A à Z, d’un avion propulsé par un moteur à hydrogène. Elle espère, d’ici un an, lever les fonds nécessaires à la création d’un avion prototype.

 

Alors qu’Airbus a annoncé il y a quelques semaines son ambition de commercialiser un avion à hydrogène en 2035, il est des projets de taille inférieure qui avancent sur un calendrier encore plus resserré. C’est le cas d’Aéron qui, depuis St Cyprien, à 70 kilomètres au sud de Port-la-Nouvelle où seront produites 6 000 tonnes d’hydrogène par an dès 2023. Principal constituant des étoiles et filière en pleine structuration au sein de notre région, l’hydrogène est aussi le moteur de la réflexion de Loïc Lemaitre, fondateur et PDG d’Aéron. Depuis cinq ans, ce jeune entrepreneur installé dans la pépinière Sud Roussillon à Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales) travaille à la conception d’un avion propulsé grâce à une pile à hydrogène, également appelée pile à combustible.

 

Il s’agit d’un avion pouvant accueillir 9 à 12 passagers qui pourrait également servir aux entreprises de messagerie. Capable d’atterrir sur des pistes courtes, il sera parfaitement adapté aux petits aérodromes et en capacité de répondre à une logique d’aménagement du territoire.

Loïc Lemaitre, fondateur et PDG d’Aéron

« Notre projet est global. Il intègre des innovations Green Tech portant sur la pile à combustible à hydrogène, la dynamique des fluides, la conception mécanique, le choix des matériaux, le mode de gestion de l’énergie et des combinaisons innovantes de solutions technologiques répondant à des normes internationales », explique le dirigeant dont les innovations, 17 au total, font l’objet de brevets. Après des levées de fonds modestes à son démarrage (126 K€), l’entreprise entend d’ici un an effectuer une nouvelle augmentation de capital de type Série A* afin de pouvoir réaliser un premier prototype d’avion. « Cet argent permettra, dans un premier temps, d’embaucher car environ 40 créations d’emploi sont nécessaires. Par ailleurs, nous avons aussi prévu de nous installer dans des ateliers », précise Loïc Lemaitre. Dans notre région, les projets autour de l’hydrogène se multiplient à différents stades de maturité. Si elle en est aujourd’hui à un stade de prototypage, Aéron compte bien, une fois mûre, intégrer cet écosystème. « Les investisseurs regardent de près les innovations dans le secteur de l’hydrogène. Il est important pour nous que des financeurs dotés d’un œil aguerri évaluent notre projet », soutient Loïc Lemaitre qui aimerait voir son premier prototype s’envoler d’ici la fin de l’année 2023.

* Les principales différences des tours de table de startups tiennent aux moments où ils interviennent. La première étape est la phase d’amorçage qui apporte un premier financement (seed capital) à l’entreprise. Une fois le seuil de rentabilité atteint, vient la première levée de fonds, dite série A.