AIR - juillet 2018

Groupe R-Meca
entre dans une seconde dimension

 

En six mois, le sous-traitant toulousain a vu ses effectifs multipliés par 5 grâce à l’intégration de deux entreprises. Objectif : élargir son offre et sa palette de compétences pour mieux répondre aux attentes des donneurs d’ordre. Une prise d’altitude qui, même dans un secteur qui y est habitué, impressionne.

 

C’est un impressionnant bond en avant. En l’espace de 9 mois, le Groupe R-Meca, sous-traitant dans les secteurs de l’aéronautique (Airbus, Bombardier…), de l’énergie (Areva, GRDF…) et du naval, a véritablement changé de dimension pour voir ses effectifs multipliés par 5 grâce à deux opérations de croissance externe. « Au 30 juin dernier, nous étions 30 salariés. Nous sommes 140 depuis début mars. Ces reprises nous permettent également de tripler notre chiffre d’affaires », sourit Gilles de Raffin, fondateur de Groupe R-Meca en 2005. Sa dernière acquisition en date est une autre entreprise de la région, CMA Industry, dont le siège est à Tarascon-sur-Ariège et dont une des anciennes associées, Lucette Lagoutte, conserve 25% des parts et la direction opérationnelle de l’unité ariégeoise. « Nous travaillons ensemble depuis longtemps et notre stratégie est la même : répondre au marché, au plus près du client, y compris sur des demandes d’urgence », précise Gilles de Raffin. Peu avant la prise de contrôle de cette société spécialisée dans la tôlerie et la chaudronnerie (notamment pour hélicoptères), c’est loin de ses bases, dans le Cher, que Groupe R-Meca a identifié puis acquis une société de mécanique de précision (SMPA) rapidement rebaptisée R-Meca Rectification.

 

Nos deux acquisitions répondent à une même logique. Il s’agit pour nous d’intégrer de nouveaux métiers complémentaires à notre activité historique, de contribuer à développer les savoir-faire de ces entreprises.

Gilles de Raffin, fondateur de Groupe R-Meca

 

« Ces deux acquisitions répondent à une même logique. Il s’agit pour nous d’intégrer de nouveaux métiers complémentaires à notre activité historique, de contribuer à développer les savoir-faire de ces entreprises et de mieux répondre aux demandes des donneurs d’ordre qui sont souvent rassurés d’avoir à leur côté un partenaire financièrement consolidé », explique Gilles de Raffin dont la spécialité première est l’usinage de pièces de haute précision. Désormais assemblé, le nouvel ensemble pèse 15 M€ de volume de ventes. Actif sur le marché de la reprise, les investissements de Groupe R-Meca ne se limitent pas à l’acquisition de nouvelles sociétés. Alors qu’il achève un programme d’investissement de 2M€ destiné à moderniser son parc industriel toulousain, le groupe a engagé 3M€ dès cette année pour enrichir ses installations du Cher avec l’acquisition de nouvelles machines et robots. La nouvelle offre de services mise en place laisse augurer à l’entreprise une croissance proforma supérieure à 10%.