AIR - janvier 2019

Recaero
retrouve la santé et des ambitions

 

En difficulté financière à la fin des années 2000, la société ariégeoise a profité de ses bonnes performances pour rembourser sa dette avec trois ans d’avance. De quoi permettre au sous-traitant aéronautique de rang 1 d’investir fortement pour soutenir son activité.

 

Fondé en 1993 à Verniolle dans l’Ariège, le groupe Recaero est spécialisé depuis l’origine dans les pièces de rechange pour l’aéronautique. « L’Aérospatiale n’arrivait pas à avoir des pièces de rechange, notamment des pièces de rechange mortes, c’est-à-dire qui n’étaient plus produites », explique Nicolas Pobeau, président de Recaero et fils du fondateur Thierry Pobeau. Le site historique s’est donc orienté vers une production à la demande tout en gardant une activité de production en série à hauteur de 30 % et en développant une branche formation. En 2007, le groupe a par ailleurs créé une unité en Inde en 2007 pour de la production en série à destination des clients de Safran. En 2017, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 45 M€ après plusieurs années de croissance et de résultats bénéficiaires. De quoi permettre à Recaero de sortir du plan de continuation entamé en 2011-2012 à la suite de difficultés financières dues à la crise de 2009-2010. « Nous avons pu rembourser la dette avec trois ans d’avance sur l’échéancier prévu, se félicite Nicolas Pobeau. Cela nous permet de sortir un peu des radars et d’avoir une meilleure image. » Cette année, le chiffre d’affaires devrait être équivalent à celui de 2017 mais le président de Recaero envisage une activité supérieure à 50 M€ en 2019.

 

 

Nous avons pu rembourser notre dette avec trois ans d’avance sur l’échéancier prévu. Cela nous permet de penser à élargir notre marché. Nous commençons ainsi à regarder du côté des États-Unis et envisageons, pourquoi pas, de nous y implanter à l’horizon 2020.

Nicolas Pobeau, président de Recaero

 

Les perspectives sont en effet positives pour le groupe ariégeois, qui a développé début 2018 une activité de bureau d’études, « qui représente un vrai relais de croissance et se positionne en synergie avec l’activité pièces de rechange, détaille Nicolas Pobeau. Nous voulons développer cela et je pense que ça peut générer 5 M€ de chiffre d’affaires d’ici à 2 ans. » Cette activité fait partie des divers axes de développement du sous-traitant aéronautique, qui souhaite par ailleurs faire grossir sa base de clients sur l’activité pièces de rechange en Europe. L’objectif est également d’élargir son marché avec Safran sur la partie moteur. « Nous commençons aussi à regarder du côté des États-Unis et nous envisageons, pourquoi pas, de nous y implanter à l’horizon 2020 », affirme le président. Pour concrétiser ses ambitions, Recaero va investir 9 M€ sur trois ans dans l’outil industriel en France, « afin d’élargir notre spectre de technologies et devenir un concentrateur de flux sur les marchés de rechange ». 2 M€ vont également être investis en Inde dans les deux ans qui viennent afin d’augmenter les capacités de production pour suivre le « ramp up » du moteur Leap. Le site va également s’agrandir pour développer une activité de chaudronnerie simple.