AIR - avril 2019

OpenAirlines
dessine un nouveau sillage dans le ciel toulousain

 

Créatrice d’un logiciel capable de réduire la consommation de carburant des avions, la start-up toulousaine OpenAirlines donne un nouvel envol à la tradition aéronautique toulousaine. Et met le cap vers une aviation plus verte.

 

C’est à Toulouse, 1ère métropole d’Occitanie, terre d’envol de l’histoire de l’aviation et capitale du ciel mondiale, que cette jeune entreprise travaille à des solutions pour limiter l’impact environnemental de l’aviation. Une nécessité absolue si l’on se base sur les projections de l’Association du transport aérien international (IATA) qui indiquaient en 2017 que le nombre de passagers aériens allait presque doubler d’ici 2036 pour atteindre 7,8 milliards de voyageurs. « Le carburant représente 30% des coûts des compagnies aériennes. Notre logiciel leur permet de réduire ces coûts de 2 à 5%. En quelques mois, nos clients réalisent donc des économies largement supérieures au prix de notre logiciel » déclare Alexandre Feray, président et fondateur d’OpenAirlines, qui peut se réjouir tant son entreprise ne cesse de prendre de l’altitude. En 2006, après 8 ans passés au sein des équipes informatiques d’Air France, cet ancien ingénieur de l’École centrale de Paris créé sa start-up et met au point un premier logiciel de planification des personnels navigants. Mais très vite, l’ingénieur surdoué – à 16 ans, il avait déjà conçu un logiciel de programmation récompensé par Apple – prend conscience des enjeux environnementaux. « Aujourd’hui, le transport aérien représente 3% des émissions de CO2 dans le monde. Une part qui va doubler d’ici 2030. Il est donc absolument vital de réduire cet impact », assure-t-il. OpenAirlines rejoint alors Cleansky, le programme européen pour une aviation verte, doté de 1,6 milliard d’euros de subventions.

 

Aujourd’hui, le transport aérien représente 3% des émissions de CO2 dans le monde. Une part qui va doubler d’ici 2030. Il est donc absolument vital de réduire cet impact.

Alexandre Feray, président et fondateur d’OpenAirlines

 

En 3 ans seulement, la petite société toulousaine met au point son logiciel vedette : SkyBreathe analyse les données enregistrées dans les boîtes noires pour fournir des recommandations aux compagnies. Résultat ? Des économies conséquentes pour les compagnies aériennes et une croissance de 30 à 40% par an pour OpenAirlines. Avec une trentaine de clients dans le monde, OpenAirlines part aujourd’hui à la conquête des marchés chinois et américain. Et développe un nouveau logiciel d’analyse. L’objectif : donner des recommandations aux pilotes directement dans le cockpit en tenant compte des conditions météo et du trafic aérien, en temps et en heure. Et, en matière de ponctualité, OpenAirlines respecte scrupuleusement son plan de vol avec un chiffre d’affaires qui atteint dorénavant 3 millions d’euros.